vendredi 10 novembre 2017

samedi 11 novembre 2017


 Ce samedi 11 novembre, la galerie sera ouverte de 14h à 18h.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

mercredi 13 septembre 2017

miscellanées...

Faute de temps disponible ces dernières semaines, le blog de la galerie est resté très (très) inactif...
Voici, de quoi se rattraper, quelques céramiques quimpéroises récemment arrivées à la galerie... en désordre !
Jardinière à décor Partie de boules / Elliant, faïence, manufacture Porquier-Beau, dernier quart XIXe siècle, H. 26 cm ; L. 37 cm ; l. 10 cm,  dessous PB Partie de boules Elliant
D'abord, une superbe jardinière Porquier-Beau au décor peu courant. Il s'agit de la "partie de boules à Elliant". Tandis que quatre hommes jouent aux boules, deux femmes profitent tranquillement de moment passés avec leurs jeunes enfants. Cette faïence, au décor bucolique, date du dernier quart du XIXe siècle. Elle est dotée d'anses constituées de lézards. Au revers de la scène champêtre, un bouquet floral dans l'esprit des décors botaniques (des cognassiers ?). On remarquera particulièrement cette qualité de peinture typique des peintres de cette manufacture, la finesse des personnages, le bleuissement des lointains...
Jardinière formant blason aux armes de Quimper, faïence, manufacture Henriot, premier quart du XXe siècle, H. 35,5 cm ; L. 46 cm ; l. 18 cm, dessous HR Quimper 8
Une grande jardinière, pour le moins spectaculaire, de chez Henriot, du premier quart du XXe siècle : deux personnages bretons en costume se dressent fièrement de part et d'autre d'un écusson formant jardinière. Cet écusson est aux armes de Quimper. Outre l'atypicité de cette faïence, on mentionnera la finesse du biscuit et des décors.
Vierge à l'Enfant, faïence, manufacture de la Grande Maison HB, XVIIIe siècle, H. 26,6 cm ; L. 11,4 cm ; l. 8,6 cm.
Mais remontant dans le temps, au XVIIIe siècle plus précisément, avec cette superbe (et rarissime) Vierge à l'Enfant. Faïence quimpéroise, cette statuette porte, traditionnellement, l'Enfant sur le bras gauche. Sur le socle, une mention votive, également classique "Sainte Vierge priez pour nous" (PPN). Dans son ouvrage de référence sur les Vierges et Saints en faïence de Quimper, "Terres sacrées", Antoine Maigné attribue cette faïence à la manufacture de la Grande Maison HB. Le trou à la main droite est-il destiné à recevoir un rameau béni ?
Paul Fouillen (1899-1956), Vase à décor de tireurs de cordages, faïence, manufacture HB Quimper, années 20-30, H. 36 cm ; diam. 20 cm, dessous HB Quimper ++.+ 340
Retour au XXe siècle avec ce superbe vase, modèle de Paul Fouillen (1899-1956), réalisé à la manufacture HB dans les années 1920-1930. Plusieurs caractères typiques de Fouillen chez HB sont bien visibles : la lecture en frise de la scène centrale (Bigoudène et Bigoudens tirant des cordages), choix audacieux des couleurs complémentaires, motifs décoratifs évoquant également la Bigoudénie. Les différents répertoires décoratifs sont particulièrement valorisés par la forme équilibrée de cette faïence.
Jacques Philippe (1896-1958), Nicolazic serviteur de Sainte Anne, faïence, manufacture Henriot, Quimper, années 20-30, H. 24,2 cm ; L. 7 cm; l. 6,5 cm, dessous Jacques Philippe Henriot Quimper
Enfin, toujours au XXe siècle, concluons avec Nicolazic. Là, vous vous demandez qui est ce petit Nicolas... qui se prénommait Yves. Il s'agit, ni plus ni moins, que du paysan a qui Sainte Anne était apparu, au début du XVIIe siècle, près d'Auray, donnant naissance au lieu de culte de Sainte-Anne-d'Auray. Cet acteur déterminant pour l'un des plus importants lieux de culte de Bretagne a été immortalisé en faïence par Jacques Philippe (1896-1958), pour la manufacture Henriot, dans l'entre-deux-guerres. Ce créateur n'a donné que très peu de pièces à éditer par la manufacture quimpéroise.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

samedi 22 juillet 2017

En feuilletant Ouest-France...

Merci à Ouest-France pour ce joli papier...

copyright Ouest-France édition Quimper 22 juillet 2017

Jacques Nam : Chien et chat...

Nouvelle confrontation à la galerie depuis quelques jours puisque deux grès de Jacques Nam (1881-1974) se toisent... comme chien et chat.

Il y a 7 ans, j'écrivais ceci à propos de Jacques Nam :
Jacques Nam, de son vrai nom Jacques Lehman, était avant tout un artiste animalier. Issu d'une famille de musiciens, il fait un bref passage aux Beaux-Arts de Paris dans l'atelier Gérôme. Passionné par le dessin animalier, il est également l'auteur, dès 1900, de nombreux dessins humoristiques pour différentes revues de l'époque. Illustrateur, il commence rapidement à travailler avec Hachette ou Flammarion. En 1912, il illustre les "Sept dialogues de Bêtes" de Colette au Mercure de France. L'écrivain deviendra une amie proche. Après la Grande Guerre et un passage dans la Section de camouflage, il recommence ses activités artistiques, continuant la peinture, mais aussi la laque et la sculpture. La manufacture de Sèvres et la manufacture HB de Quimper éditent alors quelques unes de ses créations. Le début de sa collaboration avec HB peut être daté de 1921 même si un contrat n'est réellement signé qu'en 1925.
Jacques Nam - Basset  - Grès, manufacture HB Quimper - années 20-30 - H. 17 cm ; L. 41 cm ; l. 16 cm - dessous HB Quimper NAM
Œuvre vendue 
Précisément, pour ces deux céramiques animalières, je rajoute aujourd'hui que le basset est probablement l'une des premières œuvres de l'artiste éditées à Quimper. On trouve sa trace lors d'une exposition chez Le Goupy, à Paris, dès 1921. Quand au chat debout (qui pourtant est bien assis), Jacques Nam nous dit qu'il a été sculpté en 1913 et alors édité en bronze. L'artiste s'étend aussi sur les lignes très sobres de ce chat :  
Voici comment j'ai eu l'idée de modeler ce chat de cette manière. Ayant acheté chez un antiquaire deux Canopes Égyptiens en albâtre représentant l'un le dieu Hapi ayant un couvercle en forme de cynocéphale, l'autre du dieu Anubis dont le couvercle était une tête d'épervier, je fus tellement séduit par leur simplicité ainsi que le caractère donné à ces animaux par la suppression de tous les détails que j'ai tenté de sculpter un chat dans le même esprit se simplification. (citation de Jacques Nam reproduite dans le volume V de l'Encyclopédie des céramiques de Quimper).
Jacques Nam - Chat debout  - Grès craquelé, manufacture HB Quimper - années 20-30 - H. 21 cm ; L. 21 cm ; l. 12 cm - dessous HB Quimper NAM
Œuvre vendue

Il est, en effet, intéressant de noter en comparant ces deux pièces à quel point le traitement du chat est synthétique et celui du basset descriptif. Les deux céramiques, par ailleurs, actent la bienveillance de Nam pour les animaux... et son indéniable talent !

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr

jeudi 20 juillet 2017

Georges Robin : Paludière à la bêche

Il y a un certain nombre de pièces "mythiques" parmi les céramiques quimpéroises de l'entre-deux-guerres et les paludières de Georges Robin (1904-1928) en font partie.
Georges Robin - Paludière ou Paludière à la bêche - Grès craquelé - manufacture HB, Quimper - années 1920-1930 - H. 42 cm, L. 21 cm, l. 14 cm.
Œuvre vendue

Nantais, né dans une famille liée au monde de l'art, Georges Robin est formé aux Beaux-Arts de Nantes puis aux Beaux-Arts de Paris. Dans la capitale, il développe son attachement à la Bretagne, faisant notamment la connaissance des époux Creston et de Jeanne Malivel, avec qui il fondera le mouvement des Seiz Breur.

Son contact avec la manufacture quimpéroise HB intervient dès 1924. Pourquoi le choix de cette manufacture plus que de sa concurrente Henriot (avec laquelle travaillent les époux Creston ou Jeanne Malivel)... peut-être en raison des grès de belle qualité produits chez HB.

Seiz Breur militant, il demande à ce que la plupart de ses œuvres portent la mention du nom du groupe. 

Après le décès de son amie Jeanne Malivel, en 1926, Robin devient en quelques sortes l'âme du groupe d'artistes, comme le souligne Paul Ladmirault dans sa préface à l'ouvrage "Sculptures de G. Robin", publié en 1931 aux éditions Keltia. La brièveté de la vie de Georges Robin (l'artiste décédant à 24 ans) ne fera qu'accentuer l'aura de ses œuvres. 

L’œuvre, présentant une paludière au travail, est construite de manière très sobre. Le corps de la femme s'enroule autour de la bêche. Robin magnifie ainsi le travail, humble, et la grande dignité d'un personnage fort éloigné d'une approche pittoresque.

Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr
Page extraite de l'ouvrage "G. Robin, sculptures" - éd. Keltia - 1931 - en vente à la galerie


samedi 15 juillet 2017

Henri Rivière : Lithographies de Bretagne et d'ailleurs

En ce début d'été, un bel ensemble de lithographies et d'originaux d'Henri Rivière est disponible à la galerie.
A travers ces différentes œuvres, c'est la douceur, profondément empreinte de japonisme, à laquelle on est sensible d'emblée.
Les trois originaux en vente à la galerie feront l'objet d'un prochain message.
Des différentes séries de l'artiste, sont disponibles actuellement...

Henri Rivière - Le port de Douarnenez - série Le beau pays de Bretagne - 1911 - H.23 cm ; L. 35 cm
Œuvre vendue
Henri Rivière - Arrivée de bateaux à Tréboul - série Le beau pays de Bretagne - 1906 - H.23 cm ; L. 35 cm
Henri Rivière - Bateaux au mouillage à Tréboul - série Le beau pays de Bretagne - 1902 -  H.23 cm ; L. 35 cm
Œuvre vendue
Henri Rivière - Brume en mer - série Le beau pays de Bretagne - 1910 - H.23 cm ; L. 35 cm
Henri Rivière - Loguivy le soir - série Le beau pays de Bretagne - 1904 -  H.23 cm ; L. 35 cm
Henri Rivière - Le travail aux champs - série Au vent de noroit - ca 1906-1907 - H. 37,5 cm ; L. 49,5 cm
Henri Rivière - La brume - série La féérie des heures - 1901 - H.60 cm ; L. 24 cm
Œuvre vendue
Henri Rivière - Le crépuscule - série Les aspects de la nature - 1898 - H.54,5 cm ; L. 83 cm
Henri Rivière - Le bois l'hiver - série Les aspects de la nature - 1898 - H.54,5 cm ; L. 83 cm
Henri Rivière - La forêt - série Les aspects de la nature - 1898 - H.54,5 cm ; L. 83 cm
Henri Rivière - Les fortifications (la construction du Sacré-Coeur) - série Paysages parisiens  - 1900 - H.53 cm ; L. 82 cm
Henri Rivière - Lavoir au Haut-Trestraou - lithographie imprimée pour Art et Décoration - 1895 - H. 15 cm ; L. 23 cm

Les dimensions indiquées sont celles des lithographies elles-mêmes, non des feuilles ou des encadrements. Chaque lithographie est vendue dans un encadrement soigné.
On relira quelques informations complémentaires sur l'artiste et suivant ce lien sur mon blog : cliquez ici.
Contact et renseignements :
 02 98 90 18 22 - 06 61 79 40 69 - galerie@theallet.fr





mercredi 28 juin 2017

Décès de Corentin Le Pape

Corentin Le Pape nous a quitté... Cet aviateur, devenu créateur de céramiques chez HB durant sa retraite, a en effet eu plusieurs vies.

Corentin Le Pape, lors de l'exposition qui lui était consacrée au Musée bigouden en 2015 - cliché Ouest-France
J'avais rencontré Corentin Le Pape une première fois dans les années 90. En 2012, je le revoyais pour écrire un petit texte sur sa céramique pour la revue Cap Caval, enfin, en 2015, je l'ai rencontré une dernière fois, pour la préparation de l'exposition que l'Association des Amis du Musée bigouden lui consacrait. A chaque reprise, l'humour et la profonde gentillesse de ce monsieur m'apparaissait.

Pour voir des céramiques de Corentin Le Pape, direction le Musée départemental breton, le Musée de la Faïence de Quimper et le Musée bigouden, car l'artiste, généreux, avait fait don de pièces à ces trois musées.

Corentin Le Pape portant un superbe gilet bigouden... en 1936. Cliché familial reproduit dans Le Télégramme

Au revoir Monsieur Le Pape !

Voici le texte que j'avais rédigé pour Cap Caval...


"Je garde de ma rencontre avec Corentin Le Pape le souvenir d’un homme riche de culture(s) à l’image de ses créations en céramiques.
Entre la manufacture Keraluc, où officiait son ami Le Corre, et HB, c’est vers la Grande Maison qu’il s’est orienté. Ultérieurement, Corentin Le Pape a également travaillé avec deux céramistes quimpérois indépendants : Louis Nédelec et Bastian Le Pemp. Il a créé chez HB un ensemble cohérent et finalement quantitativement assez important. Son œuvre dans ce matériau se présente généralement sous la forme de bas-reliefs d’une grande finesse. Cette qualité de réalisation s’explique : l’artiste exécutait lui-même l’original en plâtre, façonnait ses propres moules et assurait enfin le coulage et la décoration. Autant dire que la manufacture n’était utilisée que comme appui technique et outil de cuisson. Cette précision que l’on retrouve toujours dans son travail l’amène à reproduire des décors vus au British Museum ou au Musée de Quimper. La richesse de ses intérêts culturels l’amène naturellement sur les terres de l’Antiquité ou du Moyen-âge, le tout dans un grand syncrétisme. Le travail de reproduction d’une grande finesse ne doit pas non plus masquer un travail de créateur chez Corentin Le Pape. Plusieurs de ses pièces ont été éditées à la manufacture HB (notamment une croix de baptême). Dans ces céramiques destinées à une diffusion plus importante, c’est souvent vers la composition décorative de motifs issus du répertoire bigouden qu’il s’oriente avec succès.
Fort de toutes ces influences, Corentin Le Pape a laissé la trace d’un ensemble d’œuvres d’un caractère foisonnant mais d’une grande adresse qui mérite amplement l’intérêt des amateurs."